Avantages et inconvénients d’un accouchement sans douleurs

C’est le moment qui cause le plus de désagrément. En effet, pour une grossesse parfaite, la période avant l’accouchement doit être une période d’harmonie et de joie. Peut-être que vous connaissez une mère qui entendait la grossesse comme une épreuve, et qui y voyait de l’inconfort.

La grossesse et l’accouchement sont des processus naturels qui peuvent se révéler douloureux ou non. Il est donc important de savoir s’il est recommandé de ne pas avoir de douleurs lors de l’accouchement.

Heureusement, grâce aux progrès de la médecine, les femmes n’ont plus à accoucher dans la douleur. Pour éviter toute souffrance pendant l’accouchement, les mères peuvent avoir recours à l’anesthésie péridurale. L’injection deest utilisée dans 77% des accouchements par voie basse en France. Quels sont les avantages et les inconvénients de cette procédure médicale ? Ils recevront une réponse.

La douleur pendant le travail peut être si intense qu’une anesthésie est nécessaire pour soulager la future mère. Cette aiguille, également appelée péridurale, est souvent insérée dans le dos d’une femme enceinte pendant l’accouchement pour soulager la douleur. Si certaines femmes ne jurent que par cet antidouleur pour l’accouchement, d’autres sont plus sceptiques. Et pour une bonne raison : Bien que cette pratique soulage la souffrance, elle n’est pas sans inconvénients.

Epidural : Procédure médicale

L’analgésie péridurale, également connue sous le nom d’anesthésie péridurale, est une procédure médicale au cours de laquelle un anesthésique local est injecté à l’aide d’une aiguille entre la colonne vertébrale et la dure-mère. Cette méthode d’anesthésie permet de soulager la douleur que ressent une future mère pendant l’accouchement. Cette anesthésie, qui peut être réalisée par un anesthésiste, peut également être administrée en préopératoire avant une césarienne et bloque la transmission de la douleur lors des contractions utérines. Notez que cette infusion peut être utilisée dans le bas-ventre non seulement chez les femmes mais aussi chez les hommes lors d’autres interventions chirurgicales.

Comment est utilisé cet anesthésique local ?

L’anesthésie péridurale est la méthode la plus efficace pour soulager les douleurs de l’accouchement. Dans la plupart des pays, une consultation avec un anesthésiste a lieu quelques semaines avant le jour de l’opération. Au cours de l’intervention, les anesthésistes injectent un anesthésique à l’aide d’une aiguille stérile dans une zone proche de la moelle épinière appelée espace épidural. Le médecin insère ensuite un cathéter pour administrer une anesthésie pendant la durée du travail.  Et pour une bonne raison : L’application répétée de l’anesthésiant élimine la douleur ressentie. En revanche, plus l’anesthésie est faible, plus la mère sera en mesure de ressentir les contractions et d’être plus active pendant le travail. Par exemple, de fortes doses d’injections épidurales peuvent réduire la capacité à pousser et, dans certains cas, conduire à l’utilisation de forceps ou d’une ventouse. La femme peut donc doser elle-même la quantité d’analgésiques qu’elle reçoit à l’aide d’une pompe à perfusion. Injection épidurale Source : istock

Quels sont les avantages de la thérapie épidurale ?

Avec la péridurale, vous pouvez passer outre la prescription biblique : Vous allez accoucher dans la douleur. Cette technique obstétricale réduit considérablement la fatigue liée à un accouchement douloureux et favorise une meilleure récupération après l’accouchement. Sans affecter le niveau de conscience de la mère, cet anesthésique local réduit l’intensité des contractions qui peuvent survenir pendant le travail et permet une meilleure relaxation de l’utérus. L’anesthésie péridurale est administrée à toutes les femmes qui le souhaitent, dans la mesure où leur état de santé le permet.  Cette procédure est indiquée pour les grossesses difficiles, qui peuvent causer beaucoup de souffrance lors de l’accouchement. Cela limite le stress de la mère et évite les complications éventuelles. Bien que dans la grande majorité des cas, cette technique soit réalisée à la demande de la patiente, il arrive que l’équipe médicale décide qu’elle est nécessaire si l’accouchement est trop avancé, même si la mère ne le demande pas. Dans d’autres cas, l’anesthésie péridurale n’est pas nécessaire si l’accouchement est proche. Voici le cas de cette femme qui a demandé une péridurale après 40 heures de travail. Cette procédure médicale nécessite la présence d’un obstétricien, d’un gynécologue et d’un anesthésiste.

Quels sont les inconvénients de la thérapie épidurale ?

L’effet analgésique disparaît quelques minutes après le retrait du cathéter, et cette méthode d’intervention ne présente aucun risque pour l’enfant.  Les principaux inconvénients de cette anesthésie sont les effets secondaires que la mère peut ressentir après l’accouchement, comme des jambes lourdes, une baisse de la tension artérielle ou des douleurs dorsales. Le patient peut également souffrir de maux de tête après l’accouchement, surtout si le cathéter a été inséré dans la colonne vertébrale. Comme nous l’avons mentionné précédemment, une anesthésie trop importante pendant le travail avec une péridurale peut entraîner un engourdissement, rendant la mère incertaine du moment et de la manière de pousser. Cela peut prolonger la durée du travail et retarder la descente du bébé. Bien qu’extrêmement rares, des complications peuvent également survenir avec cette forme d’anesthésie. La GHMF indique que dans des cas extrêmement rares, l’anesthésie épidurale peut provoquer des crises, des problèmes respiratoires, des ecchymoses, des réactions allergiques ou une infection dans la zone où le cathéter est placé. Dans ce cas, un traitement par antibiotiques ou une intervention chirurgicale d’urgence sont nécessaires.

Anesthésie péridurale : Quelles sont les contre-indications ?

Si l’anesthésie locale est indispensable pour toutes les futures mères, certaines contre-indications les en empêchent, notamment les allergies aux anesthésiques. Les patients souffrant de certaines affections neurologiques peuvent également se voir refuser cette injection. Si la mère a une infection à l’endroit où l’injection est faite ou si elle a une forte fièvre le jour de l’accouchement, la péridurale n’est pas non plus recommandée. L’obésité ou une déformation de la colonne vertébrale peuvent également empêcher l’insertion du cathéter. Il convient donc de consulter l’anesthésiste quelques semaines avant l’accouchement pour effectuer un test sanguin et vérifier si l’état de santé de la mère est favorable à cette anesthésie.

Pourquoi certaines mères refusent-elles d’accoucher sous péridurale ?

Si 77 % des femmes en France souhaitent une anesthésie pour soulager la douleur, il y a aussi des mères qui veulent accoucher sans péridurale. Comme mentionné précédemment, la péridurale réduit les sensations et empêche la mère de sentir les contractions et de savoir comment et quand pousser pour faire sortir le bébé. De nombreuses personnes choisissent de ne pas utiliser cette technique pour faciliter le mouvement du bassin et accélérer l’accouchement.  D’autres mères mentionnent le désir de vivre pleinement toutes les sensations de la naissance, dont la perception sensorielle est affectée par l’injection d’un anesthésique local. D’autres préfèrent éviter le risque d’effets secondaires qui peuvent durer plusieurs jours après l’accouchement et empêcher la mère de se déplacer normalement.

Existe-t-il des alternatives à la thérapie épidurale ?

Les mères qui ne souhaitent pas cette procédure anesthésique peuvent réduire la douleur pendant l’accouchement par d’autres méthodes. Dès le début de la grossesse, une future maman peut se préparer à mieux la vivre grâce à des méthodes naturelles comme l’hypnose, la sophrologie ou la pratique du yoga prénatal, qui permet de mieux gérer le stress et de détendre le corps. Il existe également la stimulation nerveuse transcutanée (SNT), qui permet de soulager la douleur pendant l’accouchement grâce à un appareil qui bloque la douleur en envoyant un petit courant électrique indolore. Il stimule également la libération d’endorphines, des hormones à l’effet analgésique. Enfin, certaines mères optent pour l’acupuncture. Avec l’autorisation de l’équipe médicale, un acupuncteur peut être amené dans la salle d’accouchement pour aider la mère à mieux gérer sa douleur.

Related Tags:

accouchement physiologiqueaccoucher naturellementpré-travail accouchementaccouchement dans l'eaupéridurale effet secondaire long termecomment se passe un accouchement,People also search for,Feedback,Privacy settings,How Search works,Natural childbirth,Accouchement physiologique,douleur accouchement comparaison fracture,accoucher naturellement,pré-travail accouchement,accouchement dans l'eau,péridurale effet secondaire long terme,comment se passe un accouchement,accouchement naturel

Previous Post Les hommes préfèrent-ils les strings ou les culottes ?
Next Post 5 tisanes pour dégonfler le ventre à faire à la maison