Cette mère est violée chaque semaine par son mari devant ses enfants

Fatima est une femme d’une trentaine d’années. Elle est mariée à un homme violent. Cela se produit toutes les semaines et elle le fait depuis longtemps. Elle est incapable d’échapper à son mari et trouve que sa vie est contrôlée par lui. Elle ne peut pas revendiquer l’identité qu’elle souhaite car elle est une femme et son mari ne lui permet pas de vivre. La violence domestique qu’elle subit de la part de son mari est quelque chose qu’elle ne souhaite pas partager avec ses enfants. En tant que femme, elle n’est pas en mesure de vivre sa vie librement.

Ce texte est sensible. Essayez de générer une nouvelle copie.

L’histoire de cette mère montre les conséquences du viol conjugal. La victime a été abusée physiquement et sexuellement chaque semaine devant ses enfants. Écoutez le témoignage émouvant de cette mère et la façon dont elle a fait face à son épreuve.

Selon le site britannique Metro, le calvaire de la femme était la faute de son mari. Il l’a violée plusieurs fois devant ses enfants. Aujourd’hui, cette femme témoigne ouvertement de l’enfer qu’elle a enduré au quotidien.

Tout a commencé avec l’intimidation

Brian Hanmore, le mari de Jane, a été reconnu coupable de cinq chefs d’accusation et a été condamné à 10 ans de prison. Maintenant, la victime veut témoigner publiquement. Ces hommes doivent être montrés au monde comme les monstres qu’ils sont vraiment, dit-elle avec indignation. Son assistant social veut également lui montrer qu’il est possible de se remettre d’une vie d’abus. Le cauchemar de cette mère a commencé par l’intimidation. Elle dit qu’un an après leur rencontre, il l’a traitée de grosse et de paresseuse.  Comme Jane, cette femme a été victime de ce crime et témoigne maintenant. Jane Hanmore. Source : Hotspot Media

J’avais honte et j’étais dégoûté de moi-même

Après une période de harcèlement moral pour Jane, les violences conjugales et les viols ont commencé. Le juge chargé de l’affaire, Jonathan Fuller, a décrit son expérience comme étant extrêmement humiliante. Le législateur faisait spécifiquement référence aux viols commis en présence d’enfants. La victime affirme que la première fois a commencé lorsque son fils avait cinq ans, après qu’elle ait refusé d’avoir des relations sexuelles avec Brian. J’avais honte et j’étais dégoûtée de moi-même, dit-elle. La victime dit que lorsque ses enfants ont vu la scène et l’ont vue pleurer, elle a fait semblant de se couper le doigt.  Puis il lui a fait signe de retourner dans le salon. J’avais trop peur pour en parler à qui que ce soit, et Brian m’a fait comprendre que personne ne me croirait, dit-il. Brian Hanmore. Source : BNPS word-image-3388

Tu m’as aidé à le faire sortir

Après le divorce, Brian a continué à harceler son ex-femme. Il l’a harcelée au téléphone et s’est introduit dans son ancienne maison. La victime affirme que son ex-mari est venu chez elle un jour, l’a jetée au sol, l’a étranglée et l’a traînée par les cheveux dans le salon. Ce sont ses enfants, âgés de 12 et 14 ans, qui sont venus au secours de leur mère. L’un d’entre eux a appelé la police pour le faire sortir et a verrouillé la porte d’entrée. Ce n’est qu’alors que Jane a pu se libérer de son tourmenteur.

J’aimerais qu’il reste en prison plus longtemps

Après l’intervention des enfants de Jane, Brian a été envoyé en prison pour 10 ans. La victime affirme que son agresseur ne la laissait jamais tranquille et qu’après leur divorce, il l’appelait dix fois par jour et lui envoyait des messages la suppliant de revenir vers lui. Ce n’est que lorsque son ex-mari s’est introduit chez elle qu’elle a pu porter plainte et qu’il a plaidé coupable. Après son arrestation, Jane dit qu’elle est heureuse d’être à l’abri des griffes de Brian. J’aurais aimé qu’il reste en prison plus longtemps, se plaint-il, avant d’ajouter qu’il est maintenant en train de reconstruire sa vie. La victime encourage les autres personnes ayant subi le même sort à élever la voix pour désigner les coupables. Les criminels qui, selon vous, devraient être rendus publics. Ce monstre est l’un d’entre eux, et il a également fait boire de l’acide à son ex-femme devant sa fille.

État civil

Dans une interview accordée à Marie Claire, Valerie Ray-Robert, essayiste spécialisée dans les violences sexuelles, aborde la question du viol conjugal. L’expert explique que la société moderne est encore construite sur l’idée que les femmes doivent faire le travail domestique, ménager et sexuel pour les hommes. Une foi qui crée un lit de patriarcat. Cette affaire montre que cette interdiction existe toujours. Cette affaire montre que cette interdiction existe toujours et que le viol conjugal n’a été défini comme tel qu’en 1992. En 2006, c’est ennuyeux. Ces chiffres, rapportés par Psychologies, montrent le risque d’être violé par un partenaire. 30 % des femmes violées en France l’ont été par leur partenaire.

Previous Post Exercices isométriques pour modeler le corps en moins d’un mois
Next Post 8 choses à ne jamais nettoyer avec du bicarbonate de soude