Qu’est-ce que la pneumonie atypique et quels en sont les symptômes ?

Qu’est-ce que la pneumonie atypique ? Quels en sont les symptômes ? La pneumonie atypique est une maladie respiratoire qui peut être occasionnelle et qui ne nécessite pas de médicaments. Le terme de pneumonie atypique pourrait bien être un peu trop général, car en réalité, il existe de nombreuses pneumonies qui se prêtent à ce nom. Voici les symptômes les plus fréquents de la pneumonie atypique : ___________________

La pneumonie atypique est un des symptômes de l’infection pulmonaire et est généralement déclarée dans les hôpitaux en raison de ses symptômes et de l’évolution de l’infection. Elle est caractérisée par son origine non virale et non-fongique.

Également connue sous le nom de pneumonie atypique, cette affection est causée par une infection des poumons. Découvrez cette affection, ses causes, ses symptômes, ses facteurs de risque et son traitement.

La pneumonie atypique diffère de la pneumonie classique, mais les deux maladies sont causées par une infection du tissu pulmonaire par une bactérie ou un virus. La première est due à une infection causée par certains micro-organismes.

Qu’est-ce que la pneumonie ?

Dans une interview accordée au Journal des Femmes, Louis Stoffaes, résident au service de pneumologie et membre de l’Association des jeunes pneumologues, explique les mécanismes à l’origine de cette maladie. La pneumonie résulte d’une infection aiguë des poumons par une bactérie ou un virus qui envahit les alvéoles, les cavités où l’oxygène est échangé contre le sang. Ces petites collections se remplissent de liquide et peuvent mettre la vie en danger. La pneumonie est la principale cause de décès par infection dans le monde, avertit un pneumologue qui invite le public à prendre la maladie au sérieux. Bien que ces maladies infectieuses doivent toujours être traitées, leur gravité varie en fonction de la zone pulmonaire touchée, de l’âge du patient, de ses antécédents médicaux et du microbe à l’origine de la pneumonie. Infections des voies respiratoires – Source : Salud180

Qu’est-ce que le SRAS ?

Comme la pneumonie classique, la pneumonie atypique provoque les mêmes phénomènes physiologiques, à savoir l’accumulation de liquide dans les alvéoles. Toutefois, les agents pathogènes sont spécifiques et peuvent être Legionella pneumophila, Mycoplasma pneumoniae, qui touche généralement les jeunes adultes, ou Chlamydophila pneumoniae. Lorsque cette infection touche les bronches, on parle de broncho-pneumonie. Cependant, la pneumonie atypique diffère en gravité des autres maladies. C’est ce qu’explique le Dr Jean-François Berward, pneumologue à l’hôpital Calmette de Lille. En règle générale, ces pneumonies dites atypiques sont moins graves, rassure le spécialiste. D’autres signes sont confirmés par le Dr Stacey Sampson, médecin généraliste, qui confirme que l’affection est souvent confondue avec un rhume parce que les personnes atteintes peuvent effectuer des tâches quotidiennes.  Une autre différence avec le SRAS est également la résistance à la pénicilline, qui est utilisée pour traiter cette infection aiguë, qui peut durer d’une semaine à un mois, a déclaré l’expert. Pneumonie – Source : Une femme qui travaille word-image-9994 Pour reconnaître cette affection qui affecte la respiration, vous devez savoir comment reconnaître les symptômes. Ils apparaissent progressivement et généralement deux semaines après l’infection. Il s’agit notamment de la toux sèche et persistante, des maux de tête, de l’irritation de la gorge et de la trachéite. Si ces symptômes persistent pendant plus d’une semaine, vous devez consulter un médecin. Le SRAS peut s’accompagner d’autres symptômes physiques, ce qui indique une zone infectée. Si les voies respiratoires supérieures sont touchées, elles peuvent se caractériser par un essoufflement. Si la bactérie pénètre dans les voies respiratoires inférieures et les poumons, des troubles gastriques, des vomissements et des nausées peuvent survenir. Des frissons, une respiration rapide, un essoufflement, des difficultés à respirer, des symptômes pseudo-grippaux, des douleurs thoraciques ou abdominales, des vomissements, un manque d’appétit sont autant de signes subtils à surveiller.

Quelle est la différence entre le SRAS et la bronchite ?

La pneumonie atypique et la bronchite provoquent toutes deux un essoufflement, mais les autres symptômes sont différents. La bronchite se caractérise par l’expectoration de mucus blanc, vert ou jaune-gris. Elle s’accompagne également d’éternuements, de fièvre et d’écoulement nasal. En plus du traitement médical, trois remèdes maison peuvent aider à soulager cette affection. Bronchite – Source : La femme actuelle word-image-9995

Quels sont les types de SRAS ?

Cette affection, qui survient souvent deux semaines après l’exposition au microbe, peut être divisée en trois types. Selon le Dr Sampson, le mycoplasma pneumoniae est le plus bénin et infecte souvent les enfants. La chlamydia pneumoniae présente également un risque modéré. La pneumonie atypique à légionelles peut mettre la vie en danger car elle peut entraîner une insuffisance respiratoire. La maladie ne se propage pas par contact humain, mais provient des systèmes d’eau contaminés par cette bactérie pathogène, qui est dangereuse pour les personnes âgées, les malades chroniques ou les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Quels sont les facteurs de risque ?

Certaines populations sont plus sensibles au SRAS. Il s’agit notamment des enfants de moins de deux ans, des personnes de plus de 65 ans qui prennent des médicaments immunosuppresseurs depuis plusieurs années, des personnes atteintes de maladies respiratoires chroniques, des fumeurs et des utilisateurs de corticostéroïdes inhalés. Protection contre les virus et les bactéries – Source : Salud180 word-image-9996 Pour établir un diagnostic, votre médecin peut recommander une radiographie pulmonaire après un examen physique et les questions habituelles pour évaluer votre état de santé général et vos antécédents médicaux. D’autres tests peuvent aider à diagnostiquer le SRAS, notamment l’analyse des expectorations, une numération globulaire complète, des antigènes spécifiques ou des anticorps.

Quelles sont les options de traitement du SRAS ?

Cette affection respiratoire est généralement traitée à domicile. La personne infectée doit s’isoler chez elle pendant 10 jours. Le médecin choisira un traitement antibiotique en fonction de la bactérie à l’origine de la pneumonie. L’infection à Legionella pneumophila nécessite une hospitalisation, où le médecin prescrira également des antibiotiques et des fluides par voie intraveineuse. Si cette affection entraîne un essoufflement, une thérapie de réadaptation peut être nécessaire.

Combien de temps durent les symptômes du SRAS ?

Si la maladie n’est pas causée par un microbe dangereux, comme. B. Legionella pneumophila, peut décliner en quelques semaines. Le patient doit se reposer à la maison avec une hydratation adéquate et les médicaments prescrits. Le traitement par antibiotiques raccourcit le temps de guérison. Il n’existe actuellement aucun vaccin pour prévenir cette maladie. Il est donc important que vous appreniez à vos enfants les mesures d’hygiène à prendre pour se protéger des virus et bactéries potentiellement pathogènes. Nettoyer son téléphone est un moyen de se protéger.

Related Tags:

infection pulmonaire causepneumonie atypique symptômespneumonie symptômespneumonie symptômes sans fièvrepneumonie causepneumonie bactérienne,People also search for,Feedback,Privacy settings,How Search works,infection pulmonaire cause,pneumonie atypique symptômes,pneumonie symptômes,pneumonie symptômes sans fièvre,pneumonie cause,pneumonie bactérienne,pneumonie mortalité,symptômes pneumonie silencieuse

Previous Post « J’ai eu 20 bébés en un an
Next Post À quelle fréquence devez-vous laver vos vêtements ?